Préc. Suiv. Fermer
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *
  • *
    *

EMPREINTE
Une réinterprétation de l’ornement par Patrick Jouin pour Marotte

La thématique de l’ornement revient sur le devant de la scène avec l’avènement de nouvelles techniques d'usinage. Patrick Jouin réinvente les panneaux sculptés Marotte et joue avec toutes les possibilités offertes par la machine. Au-delà d’une réflexion exclusivement portée sur la matière et sur sa mise en forme, Patrick Jouin propose tout un travail sur le modelage de la lumière en tant que sujet à part entière.

Le résultat esthétique des panneaux sculptés de la collection Empreinte est régi par le parcours, l'angle et la vitesse de rotation d'outils d'usinage spécialement conçus pour chaque modèle. Ainsi la matière est méticuleusement sculptée, l'outil laisse une trace, une empreinte, faite de creux et de pleins, d'ombres et de lumières, qui transforment le panneau vierge et laissent apparaitre un motif, un dessin dans la matière. Le motif devient alors dynamique, il est dépendant de l’éclairage, du mouvement des personnes dans l’espace, des ombres créées qui le rende changeant, vibrant, vivant.

Pour concevoir des murs inédits aux caractères variés, la collection Empreinte est composée de 16 créations réparties dans 6 grandes familles et disponibles en 8 couleurs.

Détails

Support : MDF 18mm usiné
Dimensions : 2500 x 1220 mm
Finitions :
- Laque Polyuréthane 3 couches
- Prêt à laquer 2 couches

Éditeur : Marotte, marque de Ober Surfaces 

Equipe Patrick Jouin iD : Charles Seuleusian

Photos (c) Patrick Jouin iD

La collection Empreinte :

PLISSE
Jouant sur des lignes verticales et linéaires, « Plissé » présente une approche radicale et minimale du travail de modelage de l’ombre et de la lumière. En façonnant la matière par stries, de biais ou en dégradé, la machine laisse une trace qui révèle une certaine douceur du geste de l’outil.
Le travail du dégradé permet également de ne pas recouvrir toute la surface, l’ornement peut ainsi laisser un peu de place au « non ornement », à la simplicité, au vide.

BAS RELIEF
« Bas-relief » donne à voir, grâce à des formes courbes et galbées, une douceur de l’outil et de la machine. Un paradoxe qui se rapproche pourtant de la sculpture, du travail de la main et de l’artisan faisant ainsi le lien avec l’histoire de l’ornement et des arts décoratifs.

RENCONTRE
« Rencontre » se dessine au croisement des passages d’outils en abscisses et en ordonnées. Les traces laissées dans la matière par deux outils de formes différentes révèlent un motif inédit à chacune de leurs intersections, rencontres.

TUILE
Un clin d’œil aux bardeaux, aux tavaillons, ces tuiles de bois que l’on retrouve dans nos montagnes françaises ou en nouvelle Angleterre. Le panneau donne l’impression d’être composé d’une multitude de pièces, une illusion rendue possible par enlèvement de matière. Certaines tuiles disparaissent de manière aléatoire afin d’apporter un rythme, une vibration de l’ombre et de la lumière.

TRAIT ANGLAIS
Directement inspiré de la technique de dessin portant le même nom, la famille du « trait anglais » se construit autour du plein et du délié, de l’épaisseur et de la profondeur afin de générer des volumes, créer des ombres et des illusions d’optiques. Les différents motifs s’articulent autour d’un geste vertical, une empreinte linéaire qui sous son apparente simplicité, permet de développer un registre formel complexe, réinterprétant des motifs issus de l’histoire de l’art mais aussi des figures plus graphiques, contemporaines voire abstraites.


SILLAGE
« Sillage » est pensé comme le balayage d’un ou plusieurs outils qui seraient venus remplir toute la page, de manière aléatoire, sans règles apparentes. C’est l’idée de l’empreinte d’un pinceau, qui par son mouvement sur la feuille, laisse derrière lui des traces, des marques qui s’entrecroisent et se rencontrent jusqu’à créer une composition graphique complexe. Dans un agencement architectural, les panneaux peuvent s’additionner sans contrainte de sens. Il n’y a en effet ni haut, ni bas, ni gauche ni droite et cet arrangement prend alors la forme d’un vaste tableau abstrait.